Les Vaudois du Luberon

Publié le 16/04/2014 - Mis à jour le 03/03/2015

Les Vaudois du Luberon sont membres de l'Église vaudoise. Ils ont fait allégeance aux doctrines de Pierre Valdo, instigateur à la fin du XIIe siècle d'un courant religieux, à l'image des ordres monastiques mendiants, qui prendra le nom de "Pauvres de Lyon".


Les Vaudois du Luberon

La tragique aventure des Vaudois du Luberon est exemplaire des remous et tensions religieux qui agitent la Chrétienté du Moyen Âge à la Renaissance.

Ainsi, les vaudois du Luberon auront-ils quitté leur Piémont natal pour rejoindre pour un grand nombre d'entre eux, après moult persécutions et massacres ... l'Afrique du Sud.

Le massacre des Vaudois dans le LuberonC'est pourtant près de 6 000 d'entre eux qui s'étaient installés en un siècle, dès 1399, dans une contrée ou leur savoir-faire industrieux et leur méthodes rigoureuses faisaient merveille dans la construction de l'économie locale : une approche qui, plus tard, les rapprochera naturellement des Protestants. C'étaient pour la plupart des familles de paysans piémontais venus cultiver les terres du Luberon, rachetées à bas prix par leurs seigneurs à Louis II, comte de Provence désargenté.

C'est en 1528 que Jean Nicolaï, l'évêque d'Apt, intente des procès en hérésie. Dès 1530, Jean de Roma, un dominicain, rassemble une troupe armée qui se livre à massacres, viols, tortures et pillages. En 1532, au synode de Chanforan, les Vaudois rallient officiellement le protestantisme.

En 1540, l’Edit de Mérindol condamne les Vaudois, mais François Ier ayant besoin de l'appui de Charles Quint les gracie. Dès que Charles-Quint quitte ces terres, les persécutions commencent.

En avril 1545, les villages vaudois sont pillés, les hommes sont massacrés ou envoyés aux galères, les femmes sont violées puis tuées. Certains sont vendus en esclavage. Leurs terres sont confisquées, leurs biens pillés puis bradés à vil prix, pour payer la solde. Le massacre de Mérindol, au printemps 1545 est une véritable horreur : 24 villages dévastés et 3 000 personnes tuées en cinq jours.

Après la révocation de l’Édit de Nantes, en 1685, 400 vaudois du Luberon, descendants de rescapés, quittent la Provence pour l'Afrique du Sud.


Laissez nous un petit commentaire


Ce qui pourraît vous intéresser

Le mur de la Peste 1630

Histoire du Luberon

Le mur de la Peste correspond au rempart bâti, dans les Monts de Vaucluse, pour lutter contre la propagation de la...

Les Vaudois du Luberon

Histoire du Luberon

Les Vaudois du Luberon sont membres de l'Église vaudoise. Ils ont fait allégeance aux doctrines de Pierre Valdo,...




Espace client