La lavande en danger de mort -PRODUITS DU TERROIR | le    Partages sur Facebook 5413   Commentaires 0

La lavande en danger de mort

La lavande comme un produit chimique : c'est ce que prévoit un projet de réglementation européenne alors que les producteurs se battent déjà contre le dépérissement de leurs champs. Coup de gueule !



La lavande n'est pas un produit chimique ! Messieurs les commissaires européens, protégez nos producteurs plutôt que de les décourager !

Croyez-vous que les producteurs de lavande n'ont déjà pas assez de peine à lutter contre le dépérissement de leur champs  ? Signature de la pétition des organisations professionnelles pour sauver la lavande

Finie la lavande naturelle ?

« Finis les paysages magnifiques qui parsèment nos belles routes de Provence ? » « Fini tout un pan de l'économie de notre région ? »

Le REACH, un projet de réglementation européenne, prévoit de considérer l'huile essentielle de lavande comme un produit synthétique lambda. Il pousse le bouchon du flacon jusqu'à vouloir marquer les contenants des produits dérivés de la lavande naturelle - devenus rares - avec une tête de mort.

Les champs de lavande sont menacés

L'origine de ce projet est la présence naturelle du linalol dans la lavande ; cette molécule est en effet considérée comme un allergène.

On pourrait considérer comme étant bonnes cette réglementation et ses intentions, mais elles ne font aucun distinguo entre un produit naturel comme l'huile essentielle de lavande et tout autre produit synthétique ou chimique.

Alors les professionnels de la filière seront obligés d'effectuer les mêmes tests que ceux d'un produit dangereux afin d'identifier les molécules présentes dans leurs flacons.

La conséquence ? de 100 000 à 300 000 euro de coûts supplémentaires : insupportable pour les professionnels.

Un avenir déjà bien sombre pour ce symbole de la Provence

Ce projet de réglementation vient s'inscrire dans un contexte déjà bien compliqué pour les producteurs de lavande. Il sont depuis plusieurs années confrontés à un problème sanitaire de grande ampleur.

En effet, la citadelle est un insecte devenu ennemi public n°1 des producteurs et distillateurs de lavande. Il est vecteur d'une bactérie et infuse inéluctablement la maladie appelée « phytoplasme du Stolbur ».

Ce fléau est source de terreur sanitaire, et c'est une lutte de tous les instants à laquelle se livrent les producteurs. En savoir plus.  Amplifié par le réchauffement climatique le phénomène fragilise les équilibres économiques des exploitations.

Et pour couronner le tout aucun traitement efficace n'a pour l'instant été trouvé.

Depuis les années 2000 les ravages de la citadelle ont réduit de 50% les surfaces cultivées en champs de lavande dans les départements des Alpes de Haute Provence et de la Drôme.

Mobilisation pour sauvegarder la lavande

Face à la crainte de voir la production naturelle de lavande disparaître,  les producteurs multiplient les actions de communication auprès du public : une pétition circule depuis déjà plusieurs mois et des panneaux plantés dans les champs « Lavande en danger ! » fleurissent ; diffusion de l'information dans la presse ...

Signature de la pétition des organisations professionnelles pour sauver la lavande

Des délégations de producteurs/distillateurs devront-elles aller manifester leur mécontentement auprès des instances représentatives ?

N'oubliez pas de cliquer sur le bouton "partager" pour mettre au courant tous vos amis

 

Laissez nous un petit commentaire

Jean-Bernard Freymann

Proposé par






Espace client